Baby crevette

Mon expérience (positive) avec la PMI

Avant de devenir maman, je ne connaissais la PMI que de nom, sans trop savoir a quoi ça servait, ce qu’ils faisaient et tout. Du peu que j’en connaissais ça semblait être une sorte de restructuration de la DASS parce que mise a par le fait que c’est par la PMI que les assistantes maternelles obtiennent leur agrément, j’en entendais souvent parler en mode « ils m’ont pris mes enfants ». D’ailleurs j’ai réalisé bien plus tard que j’avais en fait eu affaire à eux il y a plusieurs années. J’y reviendrais …

En tout cas, c’est une phrase ou du moins un contexte qui revient souvent sur mes groupes Facebook (alala, qu’est ce que je ferais sans ces groupes …) que si la PMI nous contacte il ne faut surtout pas les laisser entrer dans nos vies, qu’ils ne sont là que pour créer des problèmes, blablabla … Et là pour le coup, même s’il faut dire que le sujet ne revient pas forcement très souvent, je n’ai jamais entendu de bien de la PMI sur les groupes. Alors que moi je les ai trouvés géniaux ! Donc pour les mamans qui s’interrogent sur la PMI, leur rôle dans notre maternité, voici mon expérience.

Donc la base de ma rencontre avec eux c’est que j’étais suivie par une sage-femme libérale, qui elle-même travaillait en lien avec la PMI et qui m’a proposé de prendre un rdv avec eux à mon domicile car une fois bébé là, même si elle assurerait un suivi les premiers (tout premier) temps, par la suite si j’avais besoin d’aide et conseil, ça serait plus vers eux que je devrais me tourner. N’ayant aucun apriori, étant isolé géographiquement de nos familles et malgré tout un peu paniqué a l’idée d’avoir notre premier bébé, autant dire qu’on a accepté sans hésitation cette rencontre.

Au premier RDV nous avons donc rencontré Laurence, sage-femme de la PMI et Sandrine qui est puéricultrice. C’était vraiment un RDV convivial, à nous expliquer leur mission et fonctionnement. De base, même si c’était toujours bien de la rencontrer, d’avoir le nom de quelqu’un, je n’aurais pas forcément eu besoin des services de Laurence vu que j’étais donc déjà suivie par une sage-femme et qu’en plus c’était sur la fin de ma grossesse donc où je commençais en plus les consultations à l’hôpital. Mais c’était aussi le moment ou ma sage-femme prenait ses vacances donc il m’est quand même arrivé de l’appeler une ou deux fois pour des questions, notamment par exemple elle était revenue nous voir à la maison car je voulais son avis sur ce qu’on avait acheté pour bébé, ce qui pourrait nous manquer et tout.

Sandrine par contre ça a vraiment été une rencontre capitale pour moi. Il faut savoir que la PMI s’occupe donc du suivi d’enfant de 0 à 7 ans et que leur service de consultation est gratuit donc dans notre cas par exemple, a notre demande, Sandrine venait à la maison une fois par semaine. Lors de ses visites mon faisait le point sur Olivia, comment ce passait ses nuits, l’allaitement, la gestion de notre fatigue et tout. Un truc très pratique, Sandrine venait toujours avec une balance bébé donc une fois par semaine on pouvait faire le point sur sa prise de poids et ça pareil pour un jeune parent, c’est très rassurant. Je ne me souviens plus trop mais je pense qu’elle est venue une fois par semaine pendant facile les 3-4 premiers mois, après on a du passé a deux fois par semaine puis une fois par mois. A présent (et parce qu’il y a eu la période covid ou les visites à domicile ne se faisait plus) elle ne vient plus vraiment à la maison sauf à notre demande. Par exemple, vers ses 18-19 mois Olivia a eu une période ou le couché était affreux. Elle a dû avoir des cauchemars ou un début de peur du noir et du coup on mettait hyper longtemps à l’endormir alors que normalement ça nous prenait 10 minutes, elle se réveillait dans la nuit et tout, c’était un enfer … Et du coup Sandrine est venu, on est allé dans la chambre d’Olivia lui montrer l’installation puis surtout parler du souci, de comment ça se passait, en présence du petit monstre, et au final en 2-3 jours le problème était réglé ! Le simple fait de parler de la situation en présence de la petite, de nous expliquer qu’il fallait être là, rassurant, bien lui expliquer qu’elle était en sécurité et qu’on était là si besoin, mais qu’au bout d’un moment c’était stop et c’était l’heure du dodo. Et bien cette simple conversation et l’application de ses quelques paroles ont totalement ramené les couchés à la normal. Comme quoi les enfants, même très jeune, comprennent vraiment très bien les discussions d’adultes, surtout quand elles les concernent je pense.

Et parallèlement a ça, je suis malgré tout ponctuellement en contact avec elle par sms, que ce soit passé un temps à cause de souci qu’il y avait avec une des ass-mat de la MAM ou va Olivia mais aussi quand Olivia a des petits soucis de santé (par exemple elle a eu un moment de grosse rougeur sur la vulve) et qu’avoir un RDV avec mon médecin traitant peut parfois prendre plusieurs jours, et bien je n’hésite pas à envoyer un petit message à Sandrine pour avoir son avis vu que rappelons le, une puéricultrice, c’est une infirmière spécialisée dans la petite enfance.

Donc voilà, même si à présent je n’en ai plus tellement besoin pour Olivia, bien je serais très contente de reprendre contacte et nos RDV régulier avec elle a la naissance de numéro 2, ne serait ce que pour le suivi du poids et l’évolution des premiers mois.

Pour revenir sur le fait que j’avais en réalité déjà été en contact avec une PMI sans l’avoir vraiment réalisé, c’est qu’il faut remonter à plus de 10 ans en arrière. Avant d’être avec mon chéri, j’ai été en couple avec un autre homme qui avait deux enfants d’une précédente union. Je vous passe les détails mais en gros la maman n’était à cette époque pas très stable dans sa vie et était dans l’incapacité de s’occuper des garçons correctement. Pour les grandes lignes, les enfants n’avaient plus d’hygiène corporelle, n’étaient plus bien nourris et avaient été déscolarisés. Au final c’est l’école qui a fait un signalement et c’est suite à ça qu’on a nous même appris la situation. Et donc suite à ça nous avons donc récupéré les garçons et sommes même passés devant le juge pour en obtenir la garde et la maman les avaient un week-end sur deux (nos modes de garde ont été inversé en gros). Mais malgré tout, vu qu’une enquête avait été lancé, un suivi avait été mis en place par la PMI ou une assistante sociale suivait les enfants et leur mère car leur but était de conserver et renforcer le lien mère/enfants. Je précise qu’on a eu la garde des enfants en accord avec la maman, parce qu’elle-même avait conscience de ne pas pouvoir s’occuper, à ce moment de sa vie, des enfants correctement. Mais si on n’avait pas fait ça, que la garde lui était laissée, je ne pense pas pour autant que les garçons lui auraient été enlevés. Le suivi aurait peut-être été plus renforcé, mais encore une fois, le but de la PMI a toujours été d’aider la maman, aussi bien dans son rôle de parent que dans sa vie en général, à se relever. On est quand même bien loin du tableau des grands méchants de la PMI.

Pour conclure cet aparté, j’ai revu les garçons peu de temps après la naissance d’Olivia. Pratiquement 10 ans après ! Mes premiers bébés ont bien grandi ! Et j’ai été très heureuse d’apprendre que leur maman (que j’ai eu l’occasion de revoir aussi du coup) avait réussi à très bien se remettre sur pied ! Elle a passé le permis, suivi une formation dans l’aide à la personne. Elle travaille, a une petite fille en plus des garçons, une maison et un chéri ! Nos relations n’ont pas toujours été facile mais j’ai vraiment été très heureuse d’apprendre qu’elle avait réussi à se sortir de son ancienne vie pour s’en créer une nouvelle !

Tout ça pour dire que, je ne juge personne du fait que je ne connaisse pas les situations de chacun, mais de ma vision des choses, pour avoir des soucis avec la PMI il faut vraiment ne pas y allé de main morte, encore plus pour que ça aille jusqu’au retrait des enfants … Donc dans mon idée, si vous êtes jeune parent, n’hésitez pas à rencontrer la PMI de votre secteur. Ça ne vous engage à rien, vous pouvez dire stop au suivi quand vous voulez, mais ça peut par contre beaucoup vous apporter de la même façon que ça a été le cas pour moi !

2 commentaires

Répondre à Kiarie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.