Baby crevette

Pourquoi vouloir une fille ou un garçon ?

Quand on apprend notre grossesse où même bien avant, que ce soit une fois le projet bébé lancé voir même depuis notre enfance, on a, je pense, toujours une petite préférence pour le sexe de bébé. Sans doute que beaucoup de personnes s’en moquent mais, je pense quand même qu’une grande majorité favorise un sexe. Ce qui n’empêche pas d’être tout de même comblé si au final notre souhait n’est pas réalisé. Et a l’inverse on a aussi le droit d’être déçu sans que cela veuille dire qu’on aimera moins cet enfant.

Dans notre cas, moi j’ai toujours voulu une fille. Enfin pour être plus exacte j’ai toujours voulu avoir deux enfants, une fille et un garçon mais à ma première grossesse je souhaitais vraiment avoir une fille pour « être sûr d’en avoir au moins une ». J’aurais sans aucun doute était très heureuse avec deux garçons mais, peut être du fait que j’ai une super relation avec ma mère, j’avais envie de pouvoir revivre ça. Jérémie à l’inverse voulait avoir un garçon. Avant d’être papa il n’était pas forcément à l’aise avec les enfants des autres et n’ayant qu’un frère, je pense que ce choix était plus évident pour lui. Il se voyait déjà faire du foot, jouer au château fort ou autre avec son fils alors qu’il ne l’imaginait pas forcément avec une fille (stéréotype quand tu nous tiens). Sur le coup il a forcément eu une petite déception mais celle ci n’a pas duré et maintenant sa fille c’est l’amour de sa vie. C’est un papa formidable et ils jouent ensemble aussi bien aux poupées qu’au foot !

Forcément, de par notre souhait commun, apprendre la venue de Victor a été une grande joie ! Je me souviens d’ailleurs de quand je l’ai annoncé a Jérémie. On nous avait déjà dit à une échographie qu’il y avait des chances que ce soit un garçon mais sans confirmation. C’était à prendre avec des pincettes. Puis j’ai eu un rendez-vous avec une gynéco, auquel Jérémie ne pouvait pas assister (Covid, tout ça). Déjà on devait y être un peu en avance mais la doc a eu 40mn de retard et le rdv en lui-même a durée 40mn. Et durant tout ce temps Jérémie était en train de m’attendre dans la voiture sur le parking, le pauvre. Mais durant ce RDV j’ai eu droit à une petite échographie rapide qui a confirmé le sexe. Quand j’ai enfin rejoint Jérémie, qui était grognon, ce que je comprends après avoir passé autant de temps à attendre, il s’est soudainement illuminé de joie quand je lui ai partagé la nouvelle !

Mais donc je comprends qu’on puisse préférer un sexe a un autre. Bien que je ne l’ai pas vécu, je comprends aussi qu’on puisse être déçu si notre souhait ne se concrétise pas. On ne devrait pas avoir à le cacher, à en avoir honte ou à être jugé pour ça. On entends souvent des récit du genre « Tu voulais [tel sexe] ? Oh mais tu sais ce qui est important c’est qu’il soit en bonne santé ». Bien évidemment ! ça n’empêche pas la déception momentané. Il y a aussi le cas de quand une personne a déjà une fille ou un garçon et qu’elle a le même sexe en deuxième (ou troisième, ou ainsi de suite) « Oh, pas trop triste de n’avoir que [tel sexe] ? » « Ah bah tu vas être obligé d’en faire un autre hein pour avoir les deux sexes! ». Comme si avoir un garçon et une fille était un objectif absolu à éteindre ! Non, on peut être très heureux avec que des filles ou que des garçons, comme on peut ne souhaiter que ça !

En fait, je pense clairement que les gens devraient se mêler de leur affaire et arrêter avec leurs remarques et avis sur les grossesses et enfants d’autrui. Tout comme je pense qu’il ne faut pas se sentir coupable si on se sent triste de ne pas voir notre souhait se réaliser. Ça ne fait pas de vous de mauvais parents, ça ne veut pas dire que vous aimerez moins cet enfant. Au contraire, vous pourrez même être surpris de découvrir une relation si tendre et fusionnel que vous n’aurez pu l’imaginer !

Un commentaire

  • Cécile C

    Salut Fanny,

    Pour mes deux grossesses, nous ne voulions pas savoir le sexe du bébé et j’ai adoré cette attente et la découverte du sexe le jour de la naissance. Je dois avouer qu’avoir deux garçons, c’est génial. D’être la seule fille au milieu de trois garçons, papa compris. Je suis sûre que c’est la peur d’avoir une fille qui m’a empêché d’avoir un 3ème enfant 🙂
    Je crois que oui, je ne voulais que des garçons pas de fille, peut-être parce que, enfant et ado, je ne me sentais pas bien dans mes baskets et qu’au fond de moi, je ne voulais pas que « ma fille » puisse vivre ce que j’avais vécu jeune. C’est certainement idiot mais je pense que, de mon point de vue, c’est plus facile d’élever un garçon qu’une fille.

    Depuis, j’ai une merveilleuse petite-fille et et un tout aussi adorable petit-fils et je découvre de rôle de Mamie et j’adore ! Jérémie et toi, nous avez fait le plus beau des cadeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.