Baby crevette

Mon accouchement

Bon bah temps que j’y suis a raconter ma vie, j’ai envie de parler de mon accouchement !
 
Alors déjà à savoir que ma grossesse c’est tout de même très bien passé. Mise a part mes soucis de bassin dont j’avais déjà parlé une fois et un court séjour de deux jours a l’hôpital a cause d’une infection urinaire qui déclenchait des contractions (incident faisant parti des raison de ma disparition du blog aussi) j’ai vraiment eu une belle grossesse ou je n’ai pris du poids en grande parti quand dans le ventre, j’ai toujours pu être très active donc vraiment bien. Mais sur la fin tout de même j’en avais vraiment marre et je n’espérais qu’une chose, qu’on mette fin à cette grossesse ! Ma mère et ma sœur on accouché en avance, pourquoi pas moi ?
 
Ma date estimé d’accouchement était le 26 août et d’après la sage femme que j’avais vu a mon rendez vous du 20 ou 21 je ne suis plus sûr, il y avait peu de chance que j’accouche avant mon terme voir même peut être après. J’étais au bout de ma vie quand elle m’a dit ça. J’en avais marre d’être grosse, j’en avais marre de marcher à deux a l’heure, de faire pipi toutes les 30 secondes et tout ça. Sort saloperie de crevette ou je viens te chercher !
 
Mettons que ce rendez vous été le 21, on rentre donc à la maison, un peu dépité pour ma part, et la journée ce passe normalement. Mais quand même, ça a beau être très léger, j’ai de très léger saignement. En fait je le vois dans mes urines, quand je m’essuie le papier est très légèrement rosé. Je ne m’inquiète pas outre mesure vu que je n’ai pas mal, ne me sens pas bizarre ou quoi mais malgré tout au fil de la journée ça me travail quand même surtout que j’ai l’impression  que ça s’intensifie un peu. J’envoie donc un message a ma sage femme, sur le coup des 20 ou 21 heure je crois pour lui demander conseil et celle ci me répond que ce n’est surement rien mais que bon, un petit tour à l’hôpital pour être sur serait bien. Hésitante, j’appelle le samu pour avoir l’avis d’un médecin et celui-ci me dit pareil, que dans le doute, faire une petite analyse d’urine serait conseillé.
 
Nous voilà donc parti avec mon homme autour des 22 ou 23 heure à l’hôpital qui se trouve à plus de 20 minutes de chez nous. A peine parti que celui-ci me dit qu’il aurait du prendre une boisson énergisante (de marque Monster) avant de partir car il était fatigué. Vous comprendrez plus tard pourquoi je parles de ça. On arrive donc à l’hôpital, service maternité ou je fais mon petit pipi dans le pot et ou on me fait un monitoring de contrôle. Au bout d’un peu plus d’une demi heure, la sage femme me dit que pour l’instant je ne suis ouverte qu’à un, ce que j’étais déjà lors de la visite avec l’autre sage femme, que la monitoring n’était pas plus affolé que ça (j’ai oublié de précisé que j’avais a ce moment de petite contraction mais celle qu’on appelle physiologique, genre de contraction d’entraînement, non douloureuse et que j’avais déjà depuis les 6 mois de grossesses suite à mon infection urinaire) donc qu’on avait deux choix : soit aller faire une balade à pied de une voir deux heures et revenir contrôler si mon col avait bougé et sinon rentrer tranquillement chez nous, prendre un bain pour ma part pour passer si besoin la douleur de mes contractions et que voilà si le travail ce m’était en route ça ne serait pas avant le matin et encore une fois surement pas aujourd’hui donc voilà, le mieux était de rentrer, ce qu’on a fait.
 
Il est plus de minuit quand on repart chez nous mais déjà, a peine parti je trouvais que mes petite contraction d’entraînement étaient tout de même en train de s’intensifier. Ce n’était toujours pas douloureux mais tout de même différent de d’habitude. Mais je ne m’en formalise pas et on continu notre route jusqu’à la maison. Arrivé la bas je me fais mon petit bain chaud, me pose dedans avec ma tablette a regarder des vidéos, tranquillou pidou, tout va bien. Au bout d’une petite heure je me décide a sortir car je suis assez fatiguée et voulait donc me coucher. Je me sèche, je me mets en pyjama et hop, au lit ! … a peine couché que Gaaah !!! Violente douleur dans le ventre. Supportable mais tout de même bien douloureuse et surtout inattendu. C’est donc ça une contraction ? Pouah ! Pas cool ! Bon aller, c’est en moyenne toutes les 30 à 20 minutes les premières, j’ai le temps de dormir un peu encore. Gaaah !!! Même pas 5 minutes après, de nouveau une contraction. 5 minute après une nouvelle. Entre deux je télécharge une application pour calculer les contractions. Dessus on doit dire quand la contraction commence, quand elle fini et ça nous indique donc la durée des contractions et le temps de repos qu’on a entre les deux. Je vous laisse juger …
 
 
 
 
J’avais beaucoup de mal à gérer la douleur, a chaque contraction je n’arrivais pas a resté allongé, d’instinct je descendais du lit pour me mettre a genoux par terre, les bras contre le lit à m’y tenir tout en gémissant de douleur, a tenté d’encaisser comme je pouvais. Mais au bout d’un moment j’en pouvais vraiment plus, il fallait aller à l’hôpital sauf qu’au lieu de le dire comme ça, simplement, je me suis mise à crier à mon homme “va boire une monster! va boire une monster !” Fallait qu’il se réveil et vite ! Oui parce pendant que je serrais des dents à gémir par terre, monsieur était tranquille dans le lit a tenté de dormir. Limite je le dérangeais quoi !
 
Nous voilà donc parti tant bien que mal. Entre ma chambre et la voiture j’ai bien dû avoir 3 ou 4 contractions, à devoir m’arrêter à chaque fois en trouvant quelque chose contre quoi m’appuyer pour reproduire ma position d’a genou. Dans la voiture je savais d’entrée de jeu que ça serait impossible de rester assise donc je suis direct passé à l’arrière ou je me suis mise a quatre patte durant tout le trajet. C’est marrant (façon de parler) car d’un côté celui ci m’a paru durer une éternité tellement j’avais mal et en même temps je ne l’ai pas vu passé vu que j’étais bien trop occupé à mourir à l’arrière de la voiture.
 
On arrive donc de nouveau à la maternité, la sage femme que j’avais vu précédemment nous dit de patienter deux minute le temps qu’une autre futur maman ne sorte de la salle d’examen pour retourner faire un monitoring. Quand elle revient vers nous, je suis de nouveau à quatre patte par terre à ne plus en pouvoir. “Bon … On va aller direct en salle d’accouchement hein”. Tout à fait d’accord ! Même si au final je ne captais plus grand chose à ce qu’il se passait, bien trop absorbé par cette douleur atroce, jamais enduré. J’étais tellement dans le mal que directe on m’a donné du gaz hilarant. Très bonne expérience, je vous recommande au passage. En tout cas ça a bien fait son effet. A chaque contraction je douillais sévère mais en même temps j’étais à moitié stone donc bon … Mais j’ai tristement dû me séparer de ma bouteille de gaz quand l’anesthésiste est arrivé pour la péridurale. Moi qui a la base n’était pas sûr d’en vouloir, qui c’était dit “boh, on verra le moment voulu si j’ai vraiment mal” bah autant vous dire que j’ai pas rechigné à faire le dos rond !
 
Petite blague à part, scène que j’ai absolument pas capté mais que mon homme m’a raconté après, pour la pose de la péridurale, la pièce ou du moins mon dos doivent être stérile et étant malgré tout un acte médical particulier, on fait sortir les accompagnants de la pièce mais ça mon homme ne le savait pas.
 
– Bon monsieur va aller boire un petit café.
– Non, non ça va, je vais rester.
– Non mais un petit café c’est bien.
– Non mais vraiment pas de souci je vais bien.
– Non mais vous devez sortir en fait.
– Ah !
 
Voilà pour la petite histoire qui m’a fait rire.
 
Mais donc malgré tout la pause de la péri a pris un certain temps car avec mes contractions a la chaîne, réussir à me décontracter entre deux, je crois que ça a mis dans les 30 ou 40 minute a me la poser. Si bien qu’arrivé au moment crucial, elle ne faisait pas encore effet ! Oui parce qu’à savoir qu’à notre arrivé à l’hôpital j’étais ouverte a 2, une heure après j’étais à 5 ou 6 et une heure encore après j’étais à 10 et donc en avant let’s go ! La péri n’ayant pas fait effet, on m’a injecté le même produit mais de façon à ce qu’il fasse effet direct si bien qu’au final je n’ai rien mais alors rien senti de mon accouchement ! Ni contraction, ni passage de la bestiole, rien ! C’était donc la sage femme et l’auxiliaire puéricultrice qui me signalaient les contractions, me disaient quand poussé et tout. heureusement, même sans rien sentir j’arrivais a poussé correctement.
 
Et c’est à 6h46 que ma petite crevette est enfin arrivé ! Et vous savez ce qu’a été sa première action? Peut être même avant de pleurer? Bah de déféquer partout ! Mais bon ça a vite été nettoyé et j’ai pu l’avoir contre moi. Moment magique et pleins d’émotions. J’ai la larme à l’oeil en y repensant. Le tout nouveau papa avait lui aussi la larme au coin de l’oeil à contempler son petit bébé.
 
On nous a laissé en tête à tête pour faire connaissance avec notre nouvelle puce. J’ai gardé la bête un petit moment contre moi, en peau à peau, j’ai même pu la faire tété, c’était vraiment un moment magique. Papa lui, qui quand je lui en parlait n’était pas spécialement intéressé par le peau à peau, trouvant ça bizarre pour l’accompagnant de se mettre à moitié à poil dans la salle d’accouchement, bien là sur le vif il ne s’est pas fait prier pour enlever son haut et prendre sa fille. Enfin il ne c’est pas fait prier mais ça à tout de même été tout une organisation de lui faire prendre dans les bras vu qu’il avait peur de mal faire, de la casser ou je ne sais quoi. Mais une fois dans les bras, assit sur son fauteuil, lui aussi vivait ce moment magique, cette première rencontre.
 
Bon je ne sais plus trop l’ordre des choses. Si c’est avant ou après que la sage femme est venu récupérer mon placenta et me faire quelques points car je n’avais pas de déchirure mais juste une petite égratignure sur le canal urinaire. Je vous dis vraiment, une promenade de santé cette accouchement si on oubli les contractions ! Et ou donc avant ou après qu’une auxiliaire soit venue chercher la puce pour la peser et habiller, accompagné du papa. D’ailleurs je ne savais pas, ça m’a surpris mais maintenant on ne mesure plus les bébé a la naissance mais a la sortie de l’hôpital. (du moins dans les 3 jours après accouchement) du fait qu’apparemment chez certains bébés, au moment de sortir par voie basse, ça pourrait mettre leur petit crâne souple dans une forme de pointe qui du coup peut erroné la taille réelle de l’enfant.
 
Par la suite on est venu nous chercher pour rejoindre notre chambre. malgré l’anesthésie j’ai pu marcher sans souci jusqu’à elle et pouvoir encore et encore admirer notre petite chose.
 
Et puis voilà ! C’était mon accouchement. Au final entre les 1er contractions de l’espace et la délivrance, je n’ai pas eu plus de 4 ou 5 heures de travail. On dit que les accouchement qui suivent sont plus rapide que le premier, bah j’ai intérêt a partir a l’hôpital des les premières contractions !
 
Pour finir cet article je voulais juste parler un peu du personnel de l’hôpital ou j’ai accoucher. C’était donc à Langon en Gironde et vraiment … Top, top, top ! Déjà l’or de mes échographies ou des visites que j’ai eu la bas les deux derniers mois tout s’était bien passé avec un staff très attentif et agréable. Quand j’avais été hospitalisé aux 6 mois aussi, mais là vraiment, que du bonheur. Je ne sais pas comment ça se passe ailleurs, si c’est partout pareil, mais là les équipes fonctionnent par binôme d’une sage femme et d’une auxiliaire puéricultrice. Sur les 3-4 jours qu’on est resté on a vu un paquet de binôme, deux par jour entre le service du matin et du soir, pratiquement des différentes chaque jours. Il n’y a qu’une auxiliaire que j’ai vu deux fois et le duo qui m’a accouché que j’ai vu un autre soir. Mais a chaque fois des femmes vraiment bienveillante, à l’écoute, qui expliquent, conseil mais laissent bien aux parents la possibilité de faire leur apprentissage. Même les ASH étaient super, très agréable.Vraiment un personnel en or ! Il n’y a que le pédiatre que j’ai moyennement apprécié pour le peu que je l’ai vu. Le genre à entrer, dire a peine bonjour, aller direct au bébé, le retourner dans tous les sens, dire que tout est ok et repartir. Peut être qu’il était débordé mais bon, le contraste émotionnelle avec le reste du personnel était bien présent. Après justement, mon médecin généraliste n’était pas pour que j’accouche là-bas, dans le doute que ça puisse mal se passer car autant oui si tout va bien, qu’on a affaire qu’au sage femme c’est parfait, mais s’il y a un souci et qu’un médecin doit intervenir, apparemment ils sont vraiment pas top d’après lui. Je ne veux pas parler ici de ce qu’il m’a expliqué, n’ayant pas de preuve pour savoir si c’est vrai ou pas mais voilà, il y a apparemment eu des drames …
 
En tout cas si vous êtes sage femme ou auxiliaire à Langon ou si vous en connaissez une, n’hésitez pas à lui faire pleins gros bisous de ma part. Mon séjour la bas a vraiment été parfait et m’a sans aucun doute possible permis de débuter sereinement ma nouvelle vie de maman.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.