Journal

Loki : Adieu mon beau bébé

Loki était mon chat depuis plus de 15 ans et c’était aussi à peu près son âge. A l’époque j’avais moi même 15 ans et était depuis peu dans mon premier appartement a moi. Je venais depuis quelque temps d’avoir un petit chaton, une femelle du nom de Dina que j’avais adopté par le biais de ma sœur. Quelque mois après cette adoption, c’est toujours ma sœur qui un jour m’a rapporté un autre chat : Mon Loki. Elle avait trouvé celui ci dans son quartier, errant et fouillant dans les poubelles et ne pouvant pas le prendre chez elle, bien elle me l’a apporté. Après tout j’étais pas a un chat prêt, j’avais déjà de quoi m’en occuper.
 
A peine arrivé chez moi, il a prit sans délai ses quartiers dans l’appartement, pas du tout stressé ou intrigué par ce nouveau lieu, le fait qu’il y ai un autre chat. Non lui en bon chat de salon dans l’âme, il est parti directement se poser sur mon canapé en position pacha et voilà ! J’avais en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, un nouveau chat.
 
Avec Dina, ils ont eu une porter de 6 ou 7 chatons, je ne sais plus trop le nombre, mais c’était folklo toutes ces boules de poil dans le petit deux pièce de 50m² que j’habitais. Entre le chaton kamikaze qui essayait de percer le tuyau de la bonbonne de gaz avec ses dents, le suicidaire qui passait son temps à courir dans les encadrement de porte quand on les fermait, ou encore le pro du cache-cache que j’ai un jour retrouvé endormi dans un carton de céréales. Bref, une période rien animé jusqu’à que tout ce petit monde ne trouve un nouveau foyer.
 
Par la suite j’ai du me séparer de Dina car elle ne supportait plus de vivre en appartement et voulait absolument sortir dehors (elle a sauté de ma fenêtre, a mal atterri sur une table au sol, résultat pose d’une broche à la patte, 500€ de véto je crois bien) c’est donc l’ex compagnon de ma mère a l’époque qui l’a pris chez lui, vivant en RDC avec jardinet.
 
Il c’est passé bien des choses entre temps mais on ne va pas écrire un livre sur lui (bien qu’il y aurait matière !) donc pour rester sur les étapes clés de sa vie, il y a eu sa première grosse maladie. A l’époque je venais de me séparer de quelqu’un avec qui j’étais depuis 3 ans, qui avait deux enfants dont nous avions la garde. Rapidement après ça j’ai déménager, je me suis mise en couple avec mon conjoint actuel qui c’est rapidement installer chez moi et j’ai trouvé un travail. Autant dire beaucoup de changement pour ce pauvre chat.
 
Loki a donc développé une infection urinaire, qui a ouvert la voie à une hépatite qui lui a causé de gros souci au foie.Il s’en est sorti mais en ayant perdu la moitié de son poids et la véto nous avait mis en garde qu’il risquait de mourir sous peu. C’était il y a un peu plus 8 ans !
 
Dans le registre péripétie de maladie mais sans grosse incidence cette fois, il y a eu aussi quand nous avons adopté Fenrir. Celui ci avait été trouvé, tout minuscule, par une amie sur un bord de route. Elle l’avait d’abord ramener chez elle mais son chat n’en voulait pas du tout ! Je l’ai donc pris chez moi et comment dire … A ce moment là on avait déjà 8 rats, 2 hamsters et 2 furets. Loki n’était pas à une bête de plus sur son territoire ! Sauf que la bête en question, elle avait la teigne ! Et nous la allègrement refilé à tous! Humain comme animaux ! regardez moi cette tête de coupable ! On aurait du se douter du traquenard vu la dégaine de pouilleux. 
 
 
 
A savoir qu’on a donc tous été traité et que tout est rentré dans l’ordre sans souci mais même soigné, Fenrir est resté porteur de la maladie. Donc quand un an plus tard on a adopté Sky, bien elle a eu la teigne aussi ! 
 
A oui, je ne sais plus a quel moment c’était exactement, si c’était avant ou après l’arrivé de Fenrir mais des suites de ses problèmes de santé, de l’hépatite surtout, un soir en rentrant du boulot on a trouver Loki, au calme, une épaule a vif ! Sa peau s’était tout simplement déchiré et on voyait donc sa chair à nu. Je vous raconte pas l’élan de panique. Je vous raconte pas comment j’ai eu envie de défoncer la véto de garde tellement elle était à l’ouest et sans aucune délicatesse. Mais bon encore une fois, il s’en ai assez bien remit. Un warrior mon bébé !
 
On a souvent déménagé par la suite. Toujours dans le même quartier mais soit on ne se plaisait finalement pas ou on était soit notre situation financière changeait et nous empêchait de rester. En 5 ou 6 ans on a fait 6 déménagement !
 
L’avant dernier logement était vraiment pas top. En fait a la base on avait un très grand appart ou on était très bien mais c’était une période où ni moi ni Jérémie ne travaillons et c’était donc les APL qui payait une grande partie de notre loyer. Sauf que la caf a revu ses plafond à la baisse et on c’est retrouvé d’un coup de 300€ à 0€ d’APL. ça pique ! On devait donc partir. L’ironie dans l’histoire c’est que juste a la fin de notre préavis, Jerem a appris qu’il avait réussi le concours de gendarmerie et rentrait donc en école et moi j’avais décroché un emploi dans un office publique. mais c’était du coup trop tard, même si notre appartement n’était pas encore reloué, je m’étais engagé sur un autre appartement.
 
Il faut savoir que le premier appartement que j’ai eu avec Jérémie, celui ou j’ai été après ma séparation de mon précédent compagnon était tout petit. 30 m² je crois (oui c’est un très petit appartement sur Limoges, je payais au passage 260€ de loyer, #norage les parisiens et autres citadin de grande ville). Et on appelait cette appartement le cocon car malgré tout, malgré des voisins un peu trop fêtard avec des murs en gruyère, on était très bien dans ce petit appartement. Et entre l’entrée en école de Jerem, que j’allais donc souvent me retrouver seule, et l’adoption de Sky depuis un petit moment, je m’étais focalisé sur la recherche d’un petit appart de type cocon avec un jardin facile d’accès. Et sur le papier mon appart était conforme ! Un petit deux pièce avec salon et chambre séparé. Une cuisine et une salle de bain qui venaient juste d’être refaites à neuves. Et surtout le gros avantage de cet appart, j’étais en RDC avec par la cuisine un accès direct sur le jardin commun. Et donc même si le but initial d’un jardin était un impératif pour Sky, au final ça a aussi fait le bonheur des chats qui pouvaient pour la première fois de leur vie sortir librement à l’extérieur. Par contre à partir de là c’était clair que plus jamais de leur vivant je ne pouvais revenir dans un logement sans accès extérieur pour eux. ça a d’ailleurs été notre peur avec Jérémie quand on a été muté ici en Gironde, de tomber sur un logement de type appartement car rien que pour nos chats, j’aurais du trouver un logement à côté avec un extérieur. mais bref, a l’heure actuelle de mon récit, mes trois bestioles étaient bien content de leur nouvel espace. J’vous passe les détails, c’est pas le sujet de ce poste mais ça a été l’un de nos pires appart. 
 
 
 
Et donc quand bien même Loki a été très heureux à cet appartement, il nous a fait quand même une belle frayeur, à nouveau, un jour ou il est rentrer totalement éventré ! encore une fois, la peau déchiré, chair à l’air. heureusement celle ci n’était pas abîmé malgré le fait que contrairement a la 1er fois ou on voyait bien que la peau avait simplement craqué, que la coupure était nette, cette fois ci sa peau était vraiment déchiqueté, comme s’il s’était pris dans des barbelé. On a au final jamais su comment il c’est fait ça. Nouveau séjour au véto, le Loki remis sur pied et même reparti faire sa vie dehors sans souci mais le mystère de sa blessure est donc toujours d’actualité.
 
 
 
Ah j’y pense ! Plusieurs mois avant on avait aussi appris qu’en plus d’être porteur de la teigne, Fenrir avait aussi le FIV, le sida des chats. On a jamais fait les testes sur Loki mais la maladie se transmettant par morsure ou griffure et que même s’ils arrivaient a cohabité, nos deux loulous se battouillait régulièrement, il y a de grande chance pour que Loki est été contaminé lui aussi.
 
On a par la suite quitté cette appart après plusieurs souci et aussi car j’avais trouvé le saint des saint, le Graal, une maison ! Avec un immense jardin privé de 300m² ! Cuisine séparé, grand séjour, deux chambre et salle de bain a l’étage, le tout pour même pas 100€ de plus que notre petit appart a problème ! Le coup de foudre ! pour les animaux aussi vous vous doutez bien.
 
 
 
On a passé deux ans dans cette maison. On a dû en partir quand Jérémie est sortie de son école de sous officier et que donc on a été muté ici. C’est d’ailleurs en partant qu’on a compris que notre proprio, toujours sympa a la base, était au final une sale ordure, mais bref.
 
Je cherche, je réfléchie mais je crois que miracle, Loki n’a pas eu de souci de santé dans cette maison.
 
Et nous voilà donc ici, dans cette maison de caserne. Au final je pense malgré tout que c’est ici qu’il a été le plus heureux. La maison est grande, il avait plein de coin a lui, carrément un canapé à eux vu qu’il nous sert de lit d’appoint quand on a de la visite, a peine deux trois fois par an quoi. On a aussi un petit bout de jardin à nous avec terrasse et après ça il y a un immense jardin commun à tous les gendarmes. Tout le monde ici avait des chats mais bon ça il s’en foutait. Loki ne c’est jamais vraiment battu avec d’autres chats mais n’a jamais copiné avec non plus. A part avec Dina, ça n’a jamais été un chat très intéressé par les autres animaux. Faut dire qu’on a toujours dit de lui qu’il se prenait pour un humain, il en avait vraiment les manières par moment.
 
Ici niveau santé il y a eu le coryza a la chaîne. je ne sais pas si j’en avais déjà parlé mais dans la caserne il y avait un gendarme et sa femme qui étaient … Comment dire ça poliment … d’un autre milieu et niveau social dirons nous, qui avaient une chatte, qui n’était pas stérilisé, qui faisait donc des porter tous les quatre matins et ce en remettant au passage tous les chats errant des kilomètre à la ronde chez nous. Bah oui vous comprenez c’est cher de faire stériliser son chat. Ils avaient une Audi sport a acheter. Comme on dit, y’a des priorité dans la vie ! Mais du coup en attendant, nous avec tous les chats errant et malade, qui non castré donc assez agressif qui venait chercher des noises au chats de la brigade, donc les notre aussi, bien on a passé tout un été à aller tous les quatre matins au véto car les chats chopait coryza sur coryza, que pour faire le vaccin il fallait qu’ils soient guéri sauf que nos deux loulous chopé et guérissaient de la maladie en décalé ! Ya-hou ! Résultat plus de 500€ de véto en deux mois (dont une partie pour Sky qui avait eu un souci aussi mais pas la majorité de la somme). Quand j’y pense j’aurais du directement faire stériliser moi même sa chatte, ça aurait été plus simple et moins cher …
 
Mais mise a part ça, je pense vraiment que Loki a passé deux belle année ici. A profité de la brise de printemps, allongé à l’ombre d’un grand arbre du jardin commun. A bronzé sur la terrasse en été, à sortrer (contraction de sortir et entrer, tous les maîtres de chats savent de quoi je parles) en automne parce que “y’a un rayon de soleil, mais bon en même temps il fait pas chaud, mais bon quand même faut que je profite des derniers jours de bon temps, oué mais le canapé est si douillet”, … Un chat quoi. Et puis l’hiver il restait bien au chaud dans la maison, roulé en boule dans son hamac suspendu au radiateur.
 
 
 
Mon beau bébé nous a quitté début septembre. Je ne sais pas si c’est l’arrivé de la crevette, le fait que d’un coup on n’ai eu moins de temps ou lui qui l’a fait stressé ou que bien simplement l’âge et les antécédents mais ses souci de foie l’ont rattrapé d’un coup. J’avais remarqué qu’il dormait énormément, c’est quand il n’a plus voulu de sa pâté alors que c’était un vrai glouton (qui volait de la nourriture chez les voisins !) que je me suis vraiment inquiété et qu’on l’a amené au véto mais il était trop tard. Son état était trop avancé, il souffrait vraiment et allait de toute façon mourir dans les prochains jours de douleur mais aussi de faim vu qu’il ne pouvait plus mangé alors la décision a été de l’euthanasier pour son bien …
 
Mon bébé, mon premier vrai bébé repose maintenant dans notre jardin, son jardin ou j’espère, je sais, qu’il a été heureux. Qu’il a eu une vie heureuse, rempli d’amour. Jamais je n’oublierais ce chat extraordinaire avec qui, tout de même, à l’heure actuelle, j’ai partagé la moitié de ma vie.
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.